Avril 2017

CONFÉRENCES A L’I.U.T de RODEZ (12000) :

* Le mardi 18 avril 2017 :
« L’Inde au seuil du 21ème siècle », généralités, atouts et handicaps

* Le mercredi 19 avril 2017 :
« La femme en Inde aujourd’hui »

 

 

CONFÉRENCE AU SIÈGE DES COMPTOIRS DE L’INDE (75020)

* Le vendredi 21 avril 2017 à 19 heures :
Monsieur Baskara Prem, étudiant en Master 2 d’Histoire Militaire à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, a réalisé un mémoire de recherche portant sur « les relations de défense entre la France et l’Inde, pendant la guerre froide », et c’est sur ce thème qu’il présentera sa conférence.

 A
 A
A
A

* Du 06 au 26 avril 2017

En Partenariat avec l’Association « Les Comptoirs de l’Inde »

« Aux Portes du Chettinad » par ANTHONY CARCONE, au Paname Art Café

14 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Métro : République ou Goncourt ligne No 11
Vernissage le jeudi 6 avril à partir de 19H30.

Le Chettinad au cœur du Tamil Nadu en Inde du Sud, est la terre des Chettiars, caste tamoul de marchands et de financiers qui firent fortune entre 1850 et 1940 grâce à l’influence qu’ils exercèrent dans tout le sud-est asiatique. Réminiscence de leur passé glorieux, de vastes demeures richement ornées sont encore visibles dans les 73 villages de la région.
Les façades sont uniques car ces palais ont la particularité de jouer harmonieusement avec les traditions indiennes, d’associer les styles architecturaux tamoul, néo-classiques victoriens avec des motifs de la mythologie hindoue. Les Chettiars ont fait de leur maison des vitrines de leur fortune. Aucun détail n’est laissé au hasard.
Certaines d’entre elles sont dans un mauvais état, fermées par un gros cadenas. On ne sait si un propriétaire existe. Pourtant, chaque pallier est fleuri par un Kolam…
D’autres palais sont magnifiquement rénovés. Lorsque vous êtes dans les rues de ces villages, à n’importe quelle heure du jour vous êtes saisi par le silence, les parfums d’épices et les couleurs. Sur les façades, les décorations, les fenêtres closes ou non, forment un jeu de pleins et de vides aux variations infinies. C’est ce foisonnement qu’il m’importe de restituer ainsi que le télescopage visuel et culturel entre
le mode de vie contemporain et l’architecture venue d’un autre temps.

 

 

Comments are closed.