Rban Indians still get married the way their grandparents did

Rban Indians still get married the way their grandparents did

Rban Indians still get married the way their grandparents did.

Just 3% of urban respondents had a love marriage and the custom of arranged marriages hasn’t changed much over time, data from a survey shows.

 

The central dilemma for the leading man in the US summer hit, Crazy Rich Asians, is choosing between the woman he loves and the one his family wishes. For Indians, one side of these two forces is clearly winning. The vast majority of Indians still have arranged marriages, and the custom hasn’t changed much over time, showed data from a large-scale sample survey.

 

The Lok Foundation-Oxford University surveys, administered by the Centre for Monitoring Indian Economy (CMIE), are a series of large-sample multi-year panel surveys covering a range of socio-economic issues. The surveys covered over a hundred thousand households.

 

Since urban areas are oversampled as compared to rural areas in these surveys, this column will be looking at the urban data only. As of January 2018, 93% of respondents said they had an arranged marriage. Just 3% had a “love marriage” and another 2% described theirs as a “love-cum-arranged marriage”, which usually indicates that the relationship was set up by the families, and then the couple fell in love and decided to get married. There has been only a very slight change over time; 94% of octogenarians had an arranged marriage, and the figure is still more than 90% for young couples in their twenties. Richer and better educated people are slightly more likely to have love marriages.

 

Christians and Muslims are slightly more likely to have love marriages than Hindus, but among Hindu caste groups, there is little variation. Assam, Kerala, Goa, and Jammu and Kashmir—states with relatively high non-Hindu populations— see more love marriages than other states.

 

These numbers are consistent with older data on how weddings are fixed in India. The 2011-12 India Human Development Survey (IHDS) found that just 13% of married women in metro cities knew their husbands before they got married. But arranged marriages do not necessarily mean forced marriage —over 70% of urban women said in the IHDS survey that they had some say in their marriage.

 

Maintaining caste endogamy remains an important feature of marriage in India, the survey showed. Fewer than 10% of urban respondents said anyone in their family had married outside their caste and not many more outside their sub-caste (jati). Inter-caste marriage is practised slightly more among the poor than the rich. The IHDS also found that just 5% of urban respondents said they had an inter-caste marriage, and the number has changed little since the previous round seven years earlier.

 

Inter-religious marriage was even less common; just 5% of urban respondents in the Lok survey said anyone in their family had married someone outside their religion. Three-quarters of urban respondents in the Lok survey said they would not accept an inter-caste marriage for any of their children. This did not change with age; even among people in their twenties, over 70% said they would not accept an inter-caste marriage for any of their children. Education and income group almost don’t make any difference to attitudes to inter-caste marriage either. Over 80% replied to another variation of the idea—“is intermarriage acceptable when the two people are of different castes?”—by saying no.

For richer urban Indians, these numbers may seem unlikely, given that younger people often profess their willingness to marry outside their caste. But there is likely a large gap between stated and revealed preferences. In 2015, researchers contacted 1,000 prospective brides through matrimonial websites and found that while half of them expressed an interest in potential partners belonging to caste groups other than their own, nearly all expressed an interest in men of their own caste. The scheduled caste man was least likely to be contacted, despite all other variables—educational qualifications, salary, and even skin colour—being nearly the same. The closest that India got to Crazy Rich Asians this summer was probably Veere Di Wedding—a movie where the only character contemplating an arranged match decides against it. It’s a long way from what the real Indian marriage looks like.

 

Rukmini S. is a Chennai-based journalist.

 

Le prix Nobel de littérature, V.S. Naipaul, est mort à l’âge de 85 ans

 

L’écrivain britannique V.S. Naipaul, ici lors de son discours après son prix Nobel de littérature, à Stockholm le 7 décembre 2001

L’écrivain britannique V.S. Naipaul, auteur de plus de trente ouvrages, est mort à l’âge de 85 ans.

Il était qualifié de peintre du déracinement des petites gens et des empires déclinants. Vidiadhar Surajprasad Naipaul est mort à 85 ans, a annoncé sa famille samedi. « Il était un géant dans tout ce qu’il a accompli et il est mort entouré par ceux qu’il aimait, ayant vécu une vie pleine de créativité merveilleuse et d’initiative », a déclaré sa femme, Lady Naipaul, dans un communiqué.

Read more

L’Inde a dépassé pour la première fois le PIB de la France en 2017

L’Inde a dépassé pour la première fois le PIB de la France en 2017, la reléguant au septième rang des économies mondiales, selon le site de la Banque mondiale.

PIB: la France recule à la 7ème place de l’économie mondiale, derrière l’Inde

En 2017, l’Inde a ravi à la France sa sixième place au classement des pays par produit intérieur brut, selon la Banque mondiale. Un dépassement qui souligne la rapidité des évolutions économiques : il y a moins de dix ans, le PIB indien représentait la moitié du nôtre.

«Un pas à la fois me suffit». Suivant le célèbre adage du Mahatma Gandhi, l’Inde dépasse doucement et sûrement les places fortes de l’échiquier économique de la planète. Et l’année dernière, c’est la France, sixième puissance mondiale jusqu’alors, qui a été poliment laissée sur le carreau avec ses 2582 milliards de dollars de produit intérieur brut (PIB), contre 2597 milliards au pays de Narendra Modi, selon les dernières données de la Banque mondiale. Le Royaume-Uni (2622 milliards de dollars de PIB en 2017) est désormais le prochain pays dans le viseur de son ancienne possession coloniale.

Depuis une dizaine d’années, l’Inde tire les bénéfices de ses atouts bien connus : par la maîtrise de l’anglais de sa population, elle attire des délocalisations porteuses de valeur ajoutée, notamment dans le secteur des services, avec des transferts d’entreprises du numérique. Si ses infrastructures souvent indigentes rendent difficile le développement industriel, le pays a acquis une réelle compétence dans les technologies de l’information, avec des dizaines de millions d’ingénieurs diplômés… Sa croissance démographique forte (la population indienne devrait dépasser la population chinoise en 2028) augure de solides capacités de développement et de grands marchés de consommation.

Read more

Finale de la Coupe du monde 2018 – Consulat de Pondichéry

À l’occasion de la finale de la Coupe du Monde de football 2018, le Consultant Français de Pondichéry propose à la communauté française  de venir soutenir l’équipe de France qui jouera cette finale en Russie.

Un Écran géant sera installé dans les jardins du consulat pour suivre le match en Live. Les portes du consulat ouvrent à 19h45 et  jusqu’à 20h25.

Soyez nombreux pour les soutenir!

ALLEZ LES BLEUS!!!!!!!!

Sortie du film Bajirao Mastani

Les Comptoirs de l’Inde et ESC Éditions sont heureux de vous annoncer

 

la sortie au cinéma, le 25 juillet 2018, du magnifique film de Bollywood
« BAJIRAO MASTANI »

réalisé par Sanjay Leela Bhansali

 

Le réalisateur de DEVDAS nous conte une histoire inspirée de faits réels.

Synopsis :
En Inde, au début du 18ème siècle, Bajirao (Ranveer Singh), haut dignitaire Hindou et guerrier émérite est marié à Kashi Bai (Priyanka Chopra).
Dans une autre province, Mastani (Deepika Padukone) princesse Musulmane lui demande son aide pour combattre l’envahisseur qui la menace.
Bajirao impressionné par ses qualités de guerrière, accepte de l’aider et réussit à vaincre les ennemis. Contre toute attente, Mastani et Bajirao tombent amoureux.
En pleine reconquête de l’Inde, Bajirao est tiraillé par deux amours, résistera-t-il aux assauts du cœur, contre la raison d’état ?

Les costumes, les décors et les chansons sont superbes. Ce film a remporté 9 Filmfare Awards en Inde en 2016 (équivalent des Oscars) Nous vous conseillons de le voir sur grand écran.

Cliquez sur ce lien pour voir la bande annonce

Lieu de la projection :
24 Boulevard Poissonnière
75009 Paris
01 48 00 90 24
Métro : Ligne 7 Le Peletier – Ligne 8 et 9 Bonne Nouvelle – Grands Boulevards et Richelieu Drouot

 

Projection du film « Hôtel Salvation »

L’Association «  Les Comptoirs de l’Inde » en partenariat avec Jupiter-Films, présente

« Hôtel Salvation »

Réalisé par Shubhashish BHUTIANI,
qui nous embarque dans la ville sacrée, au bord du Gange, pour un voyage familial en quête du Salut.

Synopsis :
Daya, un vieil homme, sent que son heure est venue et souhaite se rendre à Varanasi (Bénarès), au bord du Gange, dans l’espoir d’y mourir et atteindre le salut. A contrecoeur, son fils Rajiv l’accompagne, laissant derrière lui son travail, sa femme et sa fille.
Arrivés dans la ville sainte, les deux hommes louent une chambre à l’Hôtel Salvation, un endroit réservé aux personnes en fin de vie. Mais le temps passe et Daya ne montre pas de signe de fatigue. Or le directeur de l’établissement a été formel : au bout de quinze jours, ils devront laisser la place aux nouveaux arrivants. Cette attente inopinée est enfin l’occasion pour le père et son fils de se connaître et de se comprendre. Entre tradition et modernité, une ode à la vie et à l’amour.

Séances tous les jours à compter du 2 mai dans trois salles de cinémas :

A l’Espace Saint-Michel : 7 Place Saint-Michel, 75005 Paris
– Séances tous les jours à compter du 2 mai
– Jeudi 3 mai vers 20h : Ciné-débat avec Marie de Hennezel, psychologue clinicienne et écrivain.

Au Lucernaire : 53 Rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris
– Séances tous les jours à compter du 2 mai
– Jeudi 3 mai à 20h : Ciné-Débat avec Marie-Dominique TRÉBUCHET, bénévole d’accompagnement et Vice-Présidente de la SFAP, Société Française d’accompagnement et de soins palliatifs), partenaire du film.

Au Lincoln : 14 Rue Lincoln, 75008 Paris
– Séances tous les jours à compter du 2 mai
– Mercredi 2 mai vers 20h : Ciné-Débat avec l’équipe de l’UNASP, partenaire du film, et de l’ASP fondatrice (association pour les soins palliatifs)
– Vendredi 4 mai vers 20h : Ciné-Débat avec Marie de Hennezel, psychologue clinicienne

Les Persécutions des Chrétiens se poursuivent en Inde

Message important de la Chancellerie De l’Archidiocèse de MADRAS-MYLAPORE
(Etat du Tamil Nadu, Inde du Sud)

Chers Frères,

Vous êtes informés de la fausse propagande qui est en cours de diffusion dans les journaux et les Télévisions au sujet de l’Hospice Saint-Joseph qui héberge les pauvres en fin de vie (près de UTHIRAMERUR : Région de Madras Inde du Sud).

Le Gouvernement envisage de fermer cet Hospice suite aux pressions exercées par le Parti RSS* et d’arrêter le Père THOMAS, son Directeur.

Nous seuls, avec le diocèse de CHINGLEPUT, organisons une manifestation de protestation à CHEPAUK, le 05 mars 2018 de 10h (A.M) à 13h (P.M).

Prière de diffuser cet évènement au chemin de croix de vendredi 2 mars et à toutes les messes du dimanche 4 mars.

Il faut encourager le maximum de monde, la jeunesse, la légion de Marie, la société de Saint-Vincent de Paul, à participer à cette manifestation de protestation.

Prière d’informer toutes les communautés religieuses que vous connaissez.

Révérend Père SJ Anthony SAMY,
Vicaire Général de l’Archidiocèse
De MADRAS-MYLAPORE.

* Parti Nationaliste Hindou.

P.S. : Informations communiquées par un adhérent de Pondichéry.

 

Livre sortie le 03 janvier : Mandela et Gandhi

Eric Vinson et Sophie Viguier-Vinson présentent Mandela et Gandhi

Sortie en librairie le 3 janvier 2018 (288 pages-18€)

Deux héros de la liberté, deux « saints laïcs » selon certains, érigés en icônes mondiales.

Mais aussi deux hommes bien réels – avec leurs parts d’ombre et de lumière –, dont l’expérience politique a été forgée au creuset d’une terre commune, l’Afrique du Sud.

C’est en effet dans ce pays qu’au tout début du XXe siècle le jeune Gandhi, alors avocat pour la communauté indienne locale, a inventé le satyagraha, une méthode de désobéissance civile non violente qui plus tard influencera fortement l’ANC et Mandela.
Rapprocher les parcours de ces deux leaders, comme le font ici les auteurs avec précision et discernement, permet de poser quelques questions fondamentales pour le monde d’aujourd’hui. Gandhi et Mandela à sa suite auraient-ils inventé une nouvelle forme d’action démocratique ? Dans leurs combats politiques, quel rôle ont joué la vertu personnelle, la spiritualité, « la sagesse », et quelles leçons peut-on en tirer ? En quoi chacun a-t-il échoué ou réussi, et leurs héritages respectifs ne pourraient-ils pas, sous bénéfice d’inventaire, fonder une « autre politique » ?

 

Journée Nationale du Souvenir Français du 26 novembre 2017

RAVIVAGE DE LA FLAMME À L’ARC DE TRIOMPHE

Dans le cadre de la convention signée entre le Souvenir Français et l’Association Les Comptoirs de l’Inde
Vous êtes cordialement invités au ravivage de la flamme sous l’Arc de Triomphe
* 26 Novembre 2017 à 18h30
Le rendez-vous sur place est fixé à 17h45

En inscrivant cette date dans le calendrier d’une cérémonie bientôt centenaire, le Souvenir Français a souhaité rendre hommage à Francis Simon, Président du Comité du Souvenir Français de Rennes, qui fut le premier à proposer le transfert d’un soldat inconnu au Panthéon, le 26 Novembre 1916.

Vous devez confirmer votre présence, par mail ou par téléphone :
Madame Hannah Brown
01 48 74 80 32
communication@souvenir-francais.fr

Cliquer pour télécharger Le flyer de la manifestation.

 

Galerie IMPRESSIONS exposition du 06 octobre au 04 novembre 2017

Page 1 of 41234